février 25, 2024

Protéger contre les attaques DDoS

Les attaques DDoS sont en augmentation constante et peuvent causer des dommages considérables si elles ne sont pas gérées correctement. Connaissez-vous les principaux types d’attaques DDoS, leurs risques pour votre entreprise et les stratégies à mettre en œuvre pour vous protéger des pirates ? Apprenez comment repérer, prévenir et résoudre efficacement les attaques DDoS avec cet article.

Comprendre les attaques DDoS : définition, types et exemples

Les attaques DDoS (Déni de Service Distribué) sont des techniques de piratage classiques qui consistent à submerger les serveurs d’un site Internet avec une bande passante excessive. En noyant les systèmes de communication du serveur avec des requêtes, ces attaques ont pour but principal de rendre le site Internet indisponible en bloquant l’accès aux données par le biais d’une connexion ininterrompue.

Définition d’une attaque DDoS

Une attaque DDoS est une méthode répandue utilisée par des pirates informatiques pour nuire à un site web ou à un autre service en ligne. Ces attaques consistent à envoyer une quantité massive et constante de requêtes au serveur, ce qui entraîne une surcharge et rend le service inaccessible aux utilisateurs légitimes.

Un autre type d’attaque DDoS peut consister à envoyer un grand volume de trafic vers un serveur, ce qui engendre la saturation et la perturbation du service.

Les différents types d’attaques DDoS

Il existe trois principaux types d’attaques DDoS :

  • Attaques par déni de service : ces attaques n’ont pas pour but de violer la sécurité et ne visent pas à subtiliser des données. Le pirate tente plutôt de rendre le site Web indisponible en envoyant des paquets non authentifiés aux serveurs, saturant le réseau et consommant toutes les ressources disponibles.
  • Attaque brute-force : cette méthode consiste à tenter de se connecter à un compte ou système en essayant plusieurs mots de passe rapidement et successivement jusqu’à ce qu’une combinaison soit trouvée.
  • Attaque par injection SQL : cette technique consiste à «injecter» du code malveillant dans une base de donnée afin d’accéder illégalement aux informations stockées sur le serveur.

Exemples concrets d’attaques DDoS

Beaucoup d’attaques DDoS concernent des sites web commerciaux, mais il y a eu également des cas documentés impliquant des services publics tels que les hôpitaux, les banques et les gouvernements. Par exemple, fin 2016, l’Ukraine a subi une importante attaque DDoS qui a affecté plusieurs agences gouvernementales et institutions financières du pays.

En 2017, un groupe anonyme baptisé «Armada Collective» a mené une série d’attaques DDoS contre des organisations et entreprises en Europe, notamment contre le transporteur Swiss Post. La plupart de ces attaques sont restées sans signification et n’ont pas eu de réelles conséquences.

Comment se protéger contre les attaques DDoS ?

Malgré la menace suscitée par les attaques DDoS, il existe des moyens simples pour limiter le risque de compromettre votre système informatique ou vos données.

Renforcer la sécurité de son système informatique

La première étape consiste à renforcer la sécurité du système informatique afin de réduire les vulnérabilités et minimiser le risque que le service soit affecté par un pirate. Cela se fait en mettant à jour tous les logiciels et en installant des logiciels antivirus sur tous les appareils connectés au réseau.

Il est également important de maintenir votre système à jour et de surveiller attentivement l’activité qui se déroule sur votre serveur afin d’identifier rapidement les tentatives d’intrusion.

Utiliser des outils de protection de la cybersécurité

Il est recommandé d’utiliser des outils spécifiques pour protéger votre site Internet et vos données contre les attaques DDoS. Ces outils peuvent être configurés pour surveiller le trafic entrant et sortant, bloquer des adresses IP suspicieuses, fournir une protection contre certaines formes d’attaque spécifiques (par exemple, SYN flood) et avertir l’administrateur en cas d’activité potentiellement suspecte.

Tester régulièrement la résistance de son système face aux attaques DDoS

Pour s’assurer que votre système est bien protégé, il est important de tester régulièrement sa robustesse face aux attaques DDoS en simulant artificiellement une attaque à grande échelle. Vous pouvez faire cela à l’aide d’outils tels qu’un simulateur DDoS ou un scanner de vulnérabilités qui permettront de repérer rapidement des problèmes avant qu’une vraie attaque ne se produise.

Que faire en cas d’attaque DDoS ?

Si votre site est victime d’une attaque DDoS, le temps joue contre vous car plus vous attendez pour agir, plus longtemps le service restera indisponible et plus vos données seront exposées au risque d’être volées ou altérées. Voici quelques conseils pour limiter les dégâts en cas d’attaque DDoS :

Évaluer la gravité de l’attaque

La première chose à faire est de se rendre compte de la gravité de l’attaque en analysant le trafic entrant et sortant sur le serveur. Cela vous permettra d’identifier la source et le type de l’attaque, ainsi que de comprendre ce qui doit être fait pour bloquer l’accès des pirates.

Limiter les dégâts en agissant rapidement

Une fois que vous avez identifié la source et le type d’attaque, il est essentiel de prendre immédiatement des mesures rapides mais efficaces pour remettre votre système à l’abri des attaquants. Cela peut consister à contacter directement votre fournisseur d’accès Internet (FAI), à mettre en place un filtrage des adresses IP pour bloquer tout accès non autorisé, ou encore à renforcer les outils de cybersécurité déjà installés.

Faire appel à des professionnels de la cybersécurité si nécessaire

Si vous ne parvenez pas à contrôler une attaque DDoS, il est recommandé de faire appel à une société spécialisée en cybersécurité qui s’occupera du problème et protègera efficacement votre site web contre des tentatives futures.

Les attaques DDoS sont extrêmement courantes et touchent plus de 8 entreprises sur 10 en France. Il est donc important d’adopter une stratégie proactive pour réduire le risque et protéger ses données personnelles contre ces menaces persistantes.